Valérie, propriétaire de gîtes dans les Hautes-Alpes

« Je suis agricultrice depuis 25 ans et je travaille en famille avec mon fils et mon époux. »

Ma bio

Nous disposons d’un élevage de moutons et de vaches allaitantes.
Ayant un corps de ferme abandonné, que nous ne pouvions plus utilisé pour notre exploitation, nous avons eu l’idée de le réhabiliter pour y créer des gîtes.

De cette manière nous pouvons faire découvrir aux vacanciers notre environnement, notre univers, la vie à la ferme, bien loin des clichés habituels !

Ma région coup de cœur

Nous habitons à Saint-Bonnet-en-Champsaur, un petit bourg médiéval de 2 000 habitants situé dans les Hautes-Alpes.

Mon époux est originaire de cette vallée et je l’ai rejoint en 1983.
C’est un endroit magnifique entouré de montagnes mythiques comme la barre des Écrins (un sommet des Alpes françaises culminant à 4000 mètres d’altitude) ou le Vieux Chaillol (dans le massif des Écrins, qui culmine à 3000 mètres).

De nos gîtes, nos hôtes peuvent profiter d’une vue splendide sur les Alpes. C’est un dépaysement assuré pour les personnes peu habituées aux vacances à la montagne !

Les grandes étapes de mon projet

Lorsque je regardais mes vieux bâtiments de ferme se détériorer avec le temps, je réfléchissais à la manière de leur rendre toute leur splendeur. Les restaurer avec soin pour en faire un nouvel usage.

Et puis, petit à petit, l’idée m’est venue de créer des hébergements touristiques pour y accueillir des vacanciers en recherche de calme et de nature à la montagne.

C’est en 2008, après deux ans de travaux réalisés en grande partie par mon mari, que nous avons pu ouvrir nos trois gîtes.

Les moyens mis en place pour concrétiser mon projet

Au début de mon projet, j’ai contacté les Gîtes de France des Hautes-Alpes qui m’ont conseillé sur les démarches à suivre.

J’ai également eu la chance de bénéficier des aides du Conseil Général et Régional. Enfin, j’ai reçu le soutien indispensable de ma famille et de mes amis.

Ma passion

De par mon métier, je n’ai pas l’occasion de m’absenter, de voyager et de découvrir de nouvelles contrées.

Mais grâce à mes gîtes, je reçois des vacanciers originaires de toute la France et même de plus loin, notamment des belges et des anglais. C’est très enrichissant de rencontrer de nouvelles personnes, de pouvoir faire la promotion de notre territoire.

Mon métier, comme une étincelle qui nous anime chaque jour, me passionne. J’apprécie être au plus près de la nature et de mes animaux.
Ce que je préfère c’est la naissance des petits agneaux, des moments forts en émotion.
Mes hôtes sont souvent curieux et aiment me poser des questions sur mon travail. S’ils sont intéressés, je leur fais visiter la ferme à mes côtés. Ce sont alors des temps de découverte et de partage.

Mon plaisir au quotidien

J’ai souhaité créer des gîtes pour conserver une partie de notre patrimoine, diversifier mon activité et m’assurer un complément de revenu.

Je suis beaucoup investie dans la décoration de mes gîtes, dans le relationnel avec mes hôtes et très attentive à leurs remarques.
Une fois, un vacancier m’a dit que je prenais soin de mes gîtes comme si c’était mes bébés !

Une anecdote à vous raconter

Un jour, j’ai reçu un coup de fil d’une personne qui souhaitait visiter un de mes hébergements avant de le louer.

Les conditions météorologiques étaient exécrables : de la pluie, des giboulées et des températures hivernales alors que nous étions au mois de mai !

La visite s’est bien passée. Cependant je me suis dit que je ne reverrais pas ces personnes tant l’environnement avec ce temps pluvieux avait dû leur déplaire.
Je me suis trompée car ils ont bien loué mon gîte et reviennent même chaque année à la même période, et leurs enfants viennent aussi !

Adhérent Gîtes de France

Lorsque j’ai commencé ma réflexion pour transformer notre ancien bâtiment agricole en gîte, j’ai tout de suite fait appel à l’agence départementale des Gîtes de France Hautes-Alpes.

J’attendais de leur part qu’ils me conseillent, tant au niveau technique qu’administratif. Pour moi c’était une évidence de contacter les Gîtes de France, et je n’ai jamais regretté mon adhésion dans ce réseau. Je me sens chez eux comme dans une grande famille.

Un peu de prospective

Quel avenir pour le tourisme chez l’habitant ? Vaste question !

Cela fait maintenant dix ans que j’ai le plaisir d’accueillir des vacanciers dans mes gîtes et j’ai dû effectuer de nombreux changements pour rester à l’écoute de mes hôtes et de leurs désirs.

Les propriétaires du label Gîtes de France doivent se renouveler, évoluer, anticiper les besoins de leurs clients, car nous sommes dans un secteur d’activité en perpétuel mouvement.
Ce sera notre challenge pour les vingt ans à venir.

Si vous souhaitez découvrir les gîtes de Valérie et y séjourner : 
"Gîtes d’Entre-Riou", gîtes à Saint-Bonnet-en-Champsaur - Hautes-Alpes | Réf. 5722, 5723, 5724

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s