Sylvie et Frédéric, propriétaires d’une maison d’hôtes et de gîtes dans l’Orne

« Avant d’ouvrir notre maison d’hôtes et nos gîtes, nous avons tous les deux vécus des parcours professionnels bien différents ! »

Notre bio

Frédéric, mon époux, a pendant dix ans conduit à travers toute l’Europe des autocars touristiques afin de faire découvrir maintes contrées et lieux de prédilections à des touristes avides de découvertes internationales. Puis en 2001, il décida de se reconvertir pour devenir chauffeur de taxi indépendant.

En ce qui me concerne, après plus de 25 ans dans le secteur du tourisme en tant que guide accompagnatrice, un licenciement m’a permis de poser mes valises dans notre petit coin de paradis normand et d’y entamer une reconversion dans une activité de gîtes et de chambres d’hôtes (et en proposant la table d’hôtes !).

Mon licenciement fût donc un mal pour un bien car j’en ai profité pour changer de vie, me poser et assouvir mon envie de me mettre au vert et de cultiver mon jardin.

Notre région coup de cœur

Je suis originaire du sud de la Manche et Frédéric, mon mari, vient du Calvados.

Nous avons décidé de nous installer dans l’Orne, un département certes moins médiatisé touristiquement parlant mais qui recèle de nombreux trésors naturels et culturels !

Petit village situé au sud de la Suisse Normande ornaise, le nom de Sainte-Opportune nous a d’abord titillé l’oreille et à défaut de devenir opportunistes nous sommes devenus opportuniens.

Dans un environnement préservé où les richesses naturelles du bocage ont encore toute leur place, nous sommes à seulement quelques minutes de la Roche d’Oëtre, site emblématique de la très sauvage région de la Suisse Normande dont la partie ornaise a été classée patrimoine naturel en 2011 par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.

Les paysages ici surprennent car si les pommiers et les poiriers en fleurs inondent de leur beauté les printemps normands, on ne s’attend pas à trouver des sites naturels escarpés en Normandie, véritable paradis pour les randonneurs.

L’histoire ancienne des villes médiévales comme Domfront ou Falaise, se mêle à une histoire plus récente comme celle de la station thermale de Bagnoles-de-l’Orne ou encore celle de la Seconde Guerre mondiale avec la Poche de Chambois ou Poche de Falaise, retracée au mémorial de Montormel, ou dans des musées moins connus comme celui de Berjou, tenus chacun par des passionnés.

Une balade en bateau sur le lac de Rabodanges, une sortie nature avec le CPIE (le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement, une association qui agit en faveur du développement durable), une randonnée dans les gorges du Vieux Saint-Aubert-sur-Orne, et la visite de châteaux, de manoirs… Il y a tellement à voir et à découvrir !

Pour nous, l’Orne représente des plaisirs simples, des lieux tranquilles où l’on peut se garer sans problème et sans payer, visiter sans attendre avec une telle diversité de lieux et de découvertes en compagnie de passionnés qui prennent le temps de partager.

Quand on a parcouru les quatre coins de la terre comme j’ai eu la chance de le faire, ce sont des moments privilégiés de plus en plus rares !

Les grandes étapes de notre projet

En 2002, l’envie de poser enfin nos valises après de nombreuses années sur les routes d’Europe et du monde entier nous a amené à rechercher un ensemble de bâtiments traditionnels dans l’Orne où nous habitions déjà depuis plusieurs années.

L’idée de créer des gîtes et des chambres d’hôtes était presque une évidence, mettant ainsi à profit notre expérience dans l’accueil et les services liés au tourisme auprès d’une clientèle exigeante.

Le seul souci est que notre coup de cœur s’est tourné vers une ancienne fermette ornaise, typique du pays d’Houlme, avec huit bâtiments distincts datant du 18ème siècle, dont la majeure partie était totalement en ruines.

Inhabité depuis plusieurs années et victime de la tempête de décembre 2009, nous avons pourtant relevé le défi de restaurer cet ensemble afin de le transformer en un petit paradis. Cette restauration nous a valu d’obtenir le prix « René Fontaine » des Maisons Paysannes de France pour la meilleure reconversion en 2009. Une belle surprise et une belle consécration pour ce travail d’amateurs passionnés.

Environ six années de travail furent nécessaires pour la restauration de la ferme, une partie faite par des professionnels et une autre « avec nos petits bras costauds » : tous les moments libres, tout ce qui aurait dû être des vacances, tout y est passé ! Qui a dit que le bonheur était dans le pré ? Sans doute un sage, et notre folie a été de le croire !

Nous avons ouvert notre premier gîte en 2007 et la dernière chambre d’hôtes en 2009. Nous travaillons maintenant à structurer le jardin et en faire un lieu de quiétude, de sérénité mais aussi de rencontres.

Les moyens mis en place pour concrétiser notre projet

Nous avons eu la chance de bénéficier de plusieurs subventions.

De la part de la Fondation du Patrimoine, du FEDER (Fonds européen de développement économique régional), grâce au soutien de l’ADECO Pays du Bocage qui nous a aidés à réaliser des dossiers très fastidieux à monter et enfin des Gîtes de France de l’Orne via le Conseil Général.

Malgré un apport personnel partiel et un bon coup de mains de nos amis, nous n’aurions sans doute pas pu arriver au bout de notre projet sans la confiance de notre banquier et le choix des artisans.

Si certaines banques ont eu un avis plus que dubitatif sur notre projet, il y en a une qui a pris le risque de nous accorder leur confiance alors que nous n’étions même pas client chez eux (ceci moyennant tout de même un apport correct et une situation personnelle rassurante). Mais notre conseiller nous a tout de même avoué s’être rendu à plusieurs reprises sur le lieu du chantier afin de se rassurer sur l’évolution des travaux.

Nos artisans qui ont été un élément primordial du projet. La qualité de travail et de conseil nous ont permis de jongler entre les travaux effectués par leurs soins et ceux réalisés par nous-mêmes.

Beaucoup de nos amis, certains de nos collègues, et bien sûr notre famille, nous ont apporté un grand soutien ! Même si cette dernière, sans doute plus consciente que nous de la tâche immense qui nous attendait, a parfois douté du bien-fondé de notre projet.
Mais comme l’a dit très justement Mark Twain avant nous : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

Notre passion

Le fait d’avoir travaillé tous les deux dans le secteur du tourisme nous a appris à répondre aux désirs et aux aspirations des vacanciers.

Même si la clientèle des gîtes et des chambres d’hôtes est sensiblement différente de celle des hôtels, tous aspirent au confort, à un accueil convivial, chaleureux et à un certain dépaysement même à seulement quelques dizaines de kilomètres de chez eux.

Quand j’étais guide, beaucoup de mes clients me demandaient : « Cela ne vous ennuie pas de refaire toujours les mêmes voyages, de voir les mêmes endroits, les mêmes sites ? ». J’essayais de leur expliquer que même si le parcours et les lieux visités étaient identiques, le circuit ne se faisait jamais avec les mêmes personnes et chacun étant unique, on apprend toujours quelque chose de l’autre, car le contact humain est très riche.
C’est un bonheur de chaque jour et cela nous le retrouvons dans notre activité de propriétaires de gîtes et de chambres d’hôtes.

Depuis que nous avons fait l’acquisition d’un ancien taxi anglais, nous perpétuons cette vocation première de guide touristique en organisant des balades guidées à bord d’un véritable taxi cab londonien à la découverte des trésors culturels et naturels de notre belle région.

Nous proposons également en supplément des stages d’initiation à la fabrication de pain à l’ancienne dans notre four restauré datant du 18ème siècle. Nos visiteurs mettent « la main à la pâte » et nous réalisons ensemble les pains. Nous leur montrons l’étape de l’enfournement, nous leur donnons les informations à connaître sur la cuisson … Un atelier dure environ trois heures.

Enfin, nous proposons à nos hôtes, amateurs de « bien-vivre » et de « bien-manger » des produits du terroir de qualité, grâce au réseau des « Collines Normandes Territoire Préservé », un organisme qui préserve le patrimoine et les richesses locales de l’Orne.
Pour leurs courses, nous les redirigeons vers les membres de ce réseau, et nous-mêmes nous nous fournissons de leurs produits pour la table d’hôtes. De cette manière nous privilégions les circuits-courts et travaillons à la survie des petits producteurs.

Notre plaisir au quotidien

Conscients que l’on ne doit pas faire cette activité pour faire fortune, nous sommes partis au départ de la volonté de sauver un petit patrimoine rural auquel nous sommes très sensibles.

Et petit à petit nous nous sommes lancés dans une démarche de plus en plus respectueuse des techniques anciennes que des passionnés, côtoyés régulièrement dans mon ancienne activité de guide, ont su transmettre.

Nous avons donc appris à refaire du torchis à l’ancienne, fait le choix de travailler des matériaux naturels et écologiques pour un meilleur confort de vie pour nos hôtes ainsi que pour nous-mêmes.

Cette approche de la nature provoque souvent chez nos hôtes la curiosité, l’intérêt voir l’envie de reproduire ces techniques chez eux. Il est le prétexte à des discussions formidables, même si les sujets abordés sont de la plus grande diversité : les fleurs et ma passion pour le jardin, l’histoire locale : tout est prétexte à des moments de partage formidables et des échanges de connaissance avec nos visiteurs.

Le fait d’avoir plusieurs gîtes et chambres d’hôtes s’avère être un atout formidable car si la configuration des bâtiments confèrent à chacun leur intimité grâce aux barrières végétales du jardin, très vite les liens se créent naturellement et de vrais moments de bonheur fleurissent au gré des saisons.

Une anecdote à vous raconter

Comment choisir ? Toute rencontre laisse une empreinte plus ou moins marquante dans nos cœurs.

Nous avons accueilli en chambre d’hôtes il y a deux ans un couple venu chez nous pour quelques jours : nous les appellerons Madame et Monsieur.

C’est Madame qui avait réservé par téléphone en me confiant qu’il s’agissait de leurs premiers jours de repos depuis plusieurs années suite à des problèmes divers et variés. Pour eux, cela semblait être un moment attendu depuis longtemps.

Lorsque nous avons accueilli nos hôtes, nous avons ressenti une certaine fragilité venant de Madame mais très vite au cours du dîner en table d’hôtes l’ambiance s’est détendue.
Nous nous découvrons comme souvent des passions et des points communs, et alors que nous leur souhaitons une bonne nuit, Madame nous avoue que cela fait de nombreux mois qu’elle a perdu le sommeil et que seuls les médicaments l’autorisent à quelques heures de repos.

Le lendemain matin, alors qu’ils avaient annoncé une arrivée pour le petit-déjeuner vers 8h, nous avons le plaisir de les voir apparaître dans l’encoignure de l’entrée à presque 9h. Qu’importe ! C’est plutôt bon signe et nous sommes habitués : on dort bien à la Bergerie !

Cela se confirme lorsque, à ma question, Madame m’avoue qu’elle n’a pas dormi aussi bien depuis longtemps… Tant et si bien que Monsieur n’a pas osé la réveiller. Le petit-déjeuner lui aussi a eu beaucoup de succès. Monsieur repart à sa chambre et annonce que Madame peut prendre son temps, il va aller faire un tour dans les environs ayant appris que les juments et les petits poulains de race de notre voisin sont dans le champ d’à côté.

Madame décide de rester un peu et de me tenir compagnie. Petit à petit elle se livre sur ses très graves problèmes de santé qui ont failli lui coûter la vie et dont elle garde des séquelles depuis plusieurs mois. C’est aussi ça notre métier : savoir écouter.

Au fur et à mesure que Madame me parle, une idée me vient à l’esprit : Faire appel à une de nos connaissances qui pourrait peut-être la soulager.
Et en effet, l’intervention de cette personne a été ce qui est arrivé de mieux à Madame depuis des mois, même si les médicaments sont encore nécessaires. Nos hôtes sont repartis transformés. Madame, soulagée physiquement, et Monsieur, tellement heureux de voir son épouse ressourcée et gaillardie.

Sans compter que, toujours en discutant avec nous, Monsieur nous a appris qu’il recherchait depuis quelques temps dans notre région un vieil ami perdu de vue. Connaissant bien le secteur, mon mari et moi avons réussi à retrouver cette personne ! Cet ami n’en revenait pas lui-même, ayant tout fait pour ne pas être « traçable ». Il fût cependant très heureux de retrouver son vieux copain.

Nos visiteurs sont revenus plusieurs fois depuis pour de nouvelles cures de jouvence et quel plaisir de les voir si radieux !

Adhérent Gîtes de France

Pour démarrer notre activité, adhérer au réseau Gîtes de France était une évidence car la reconnaissance de qualité et de fiabilité du label dépasse les frontières de l’hexagone.

Depuis presque dix ans, la grande famille des propriétaires adhérents nous apporte chaque jour des échanges d’expériences contribuant sans cesse à l’amélioration de nos services.

Un peu de prospective

J’ai travaillé pendant plus de 25 ans dans le domaine du tourisme et j’ai assisté progressivement à la disparition des petits hôtels familiaux à l’accueil chaleureux au profit des hôtels de chaîne à la décoration standardisée.

Il existera toujours des personnes recherchant des séjours authentiques. L’offre touristique doit être variée et doit correspondre à toutes les demandes et à toute clientèle, qu’elle soit locale, nationale ou internationale. C’est pourquoi nous pensons que le tourisme chez l’habitant a de belles années devant lui.

En favorisant le contact direct entre client et propriétaire, nous espérons pouvoir garder des prix calculés au plus juste ainsi qu’un service de qualité (comme notre copieux petit déjeuner en chambres d’hôtes).
Mais le mouvement de généralisation des réservations via de grands sites à la visibilité imparable nous amènera à revoir notre politique de commercialisation « artisanale » et nos tarifs.

Tant que les normes et les taxes resteront accessibles et applicables à de toutes petites structures comme les nôtres, nous pourrons perdurer.
Notre priorité est de rester à l’écoute de nos visiteurs, avoir du temps à leur consacrer pour échanger, leur transmettre nos passions et toujours apprendre à leurs côtés.

Si vous souhaitez découvrir les chambres d'hôtes et les gîtes de Sylvie et Frédéric
et y séjourner : "La Bergerie", maison d'hôtes et gîtes à Sainte-Opportune - Orne 
| Réf. G1232, G480, G499, G521

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s