Rémy et Christiane, propriétaires d’un gîte en Haute-Saône

« Nous avons tous les deux travaillé dans l’armée pendant environ 25 ans. »

Notre bio

C’est dans ce cadre que, l’un originaire de Champagne et l’autre de Franche-Comté, nous nous sommes rencontrés, par le hasard des mutations, en région parisienne.

Profitant des avantages de notre situation, nous avons pris une retraite anticipée au moment où était mis en vente l’ancien presbytère du village haut-saônois où Christiane avait grandi. C’est ainsi que nous avons acquis cette vielle bâtisse pour nous installer dans la région. Nous nous sommes transformés pour un temps en terrassiers, maçons, menuisiers et paysagistes amateurs, pour rénover la maison, sans bien mesurer combien ces activités accaparaient tout notre temps.

C’est sans doute pour cela que nous avons ressenti le besoin de retrouver les contacts humains que nous avions négligés au fil de ces années.

L’idée d’ouvrir un hébergement touristique est arrivée tout doucement, comme si elle découlait presque naturellement de notre situation. Nos voisins souhaitaient mettre en location leur maison pour en faire un gîte mais ils ont finalement abandonné leur projet. Ce concept nous plaisait et après mûres réflexions nous nous sommes lancés.

Notre région coup de cœur

Les environs du gîte sont le lieu d’un phénomène étrange et fabuleux : la Vie !

Curieusement, ce qui devrait être une source d’étonnements et d’émerveillements sans fin est banalisé par l’exubérance d’une planète si généreuse que son éclat finit par rendre aveugles ses habitants. Or, en nous installant dans ce tout petit village de Haute-Saône, que quelques uns n’hésiteraient pas à qualifier de « trou perdu », nous avons eu le privilège de retrouver le goût d’une nature intacte, le bonheur d’apprécier la simplicité des choses.

Peut-être que c’est une nature assez banale, comme on peut en trouver (presque) partout mais il faut cette distance que donne le silence de nos collines pour la discerner pleinement et en goûter toutes les saveurs.

C’est pourquoi nous sommes si attachés à la préservation de cet endroit et avant tout désireux de partager le plaisir de randonner dans nos forêts, de pagayer sur nos paisibles rivières, de découvrir les trésors qui nous entourent et que, trop souvent, nous ne savons pas regarder.

Les grandes étapes de notre projet

Nous étions déjà installés dans le village depuis presque sept ans quand, en novembre 2004, nous avons fait l’acquisition d’un bâtiment en piteux état, une annexe de l’ancienne boucherie d’Aillevans.

En février 2005, nous nous sommes rendu dans l’agence de développement touristique « Destination 70 ». Sans avoir pris de rendez-vous, nous en sommes ressortis avec un avant-projet de rénovation et d’ouverture d’un gîte.

Les études ont suivi leur cours, un dossier de subvention a été transmis au Conseil Général de Haute Saône et le financement ayant pu être réalisé, les travaux proprement dits ont commencé en février 2006.

La rénovation a été confiée à des entreprises de la région pendant que nous nous chargions de transformer les 800 m² de friches sur la colline en jardin paysager à étages.

Enfin, à la fin de l’été 2008, les travaux étaient réceptionnés, la visite d’habilitation avait eu lieu et nous pouvions symboliquement ouvrir notre gîte en espérant voir arriver nos premiers clients pour la saison 2009…

Les moyens mis en place pour concrétiser notre projet

Le petit bâtiment dont nous avions fait l’acquisition était probablement à l’origine une toute petite maison d’habitation aux murs de pierre que les propriétaires successifs ont agrandie en fonction de leurs besoins.

Nous avons donc hérité d’un ensemble très disparate auquel il fallait redonner une unité et, après avoir établi nos propres plans, nous avons bénéficié du soutien de la société d’économie mixte « Destination 70 » qui nous a orientés vers une société d’aménagement rural (SICA HR) pour assurer la maîtrise d’œuvre de la rénovation.

La totalité de nos économies n’étant pas suffisante, même augmentée de la subvention accordée par le Conseil Général de Haute-Saône, nous avons eu recours à un prêt bancaire pour financer près de 75% de la réalisation.

Notre passion

Notre première motivation en quittant la région parisienne était de retrouver l’espace et le calme dont la vie de banlieue est très avare.

Pourtant c’est bien dans le sud parisien que nous avons développé notre goût de la randonnée et, paradoxalement, il a fallu plusieurs années avant de reprendre cette activité dans notre nouvel environnement franc-comtois pourtant si propice à la découverte de la nature.

Aujourd’hui notre temps est mieux partagé et nous avons le plaisir de profiter plus souvent de la campagne vallonnée et boisée qui est à notre porte. Le temps d’une escapade, nous savons aussi bénéficier de notre situation géographique privilégiée pour nous évader vers les Vosges, le Haut Doubs, le Jura ou la Suisse.

C’est un plaisir qui se partage avec les amis et si nous n’avons eu qu’une seule fois l’occasion d’en profiter avec nos locataires nous espérons bien que cette heureuse expérience se renouvellera !

Notre plaisir au quotidien

Au fil des années, notre vision du gîte a beaucoup changé.

Du besoin personnel de trouver une activité ouverte vers l’extérieur, elle a rapidement évolué vers le plaisir de partager notre environnement avec des touristes venus de diverses régions.

Début 2014, nous avons franchi une nouvelle étape en associant notre activité de propriétaires à notre souci de solidarité.
Nous avons toujours aidé financièrement un certain nombre d’associations caritatives et nous nous sommes aussi engagés dans le bénévolat, chacun dans une association locale.

Il nous est finalement apparu que ces deux activités, le bénévolat et la gestion d’un hébergement touristique, reposaient sur des valeurs communes de partage, de souci d’apporter du bien-être.

Nous avons alors décidé de concrétiser cette convergence en faisant directement bénéficier une association des revenus du gîte. Il fallait trouver cet organisme respectant certains critères : garantie de bonne utilisation des fonds, indépendance politique et religieuse, actions concrètes « sur le terrain » au profit des plus démunis, etc.

C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers l’UNICEF, l’organisme des Nations Unies qui œuvre pour la protection et l’éducation des enfants partout dans le monde. Après un contact avec le comité de l’UNICEF en Haute-Saône, nous avons mis en œuvre notre projet en faisant un don à cette association à chaque versement des Gîtes de France, d’un montant équivalent à ce que nous percevions pour le gîte.

Notre démarche est en réalité double : il s’agit non seulement de soutenir financièrement une association caritative mais aussi de participer à promouvoir plus généralement l’esprit de solidarité à une époque où les égoïsmes ressurgissent avec les inquiétudes sur l’avenir. C’est pourquoi, en parallèle de notre initiative, nous aimerions pouvoir définir, avec l’aide des Gîtes de France et de l’UNICEF, un cadre plus structuré qui permettrait à d’autres propriétaires de suivre cette voie dans la mesure de leurs possibilités.

Une anecdote à vous raconter

Comme il fallait s’y attendre, les travaux de rénovation du gîte se sont terminés en retard sur le calendrier.

L’ouverture prévue pour le printemps 2008 a dû ainsi être reportée fin août.
Nous n’avions alors pas imaginé une seconde que quelqu’un allait louer le gîte avant l’année suivante et quand nous avons reçu un avis de réservation pour un couple en provenance des Hautes-Pyrénées, nous n’y avons pas cru !

Nous sommes allés jusqu’à supposer qu’il s’agissait d’une erreur ou bien d’un formulaire-type sans réelle valeur. En effet, comment imaginer que des gens habitant une région aussi touristique allaient faire mille kilomètres pour visiter notre région, aussi belle soit elle, en ce début de septembre bien mal servi par une météo capricieuse ?

Bien entendu, le relais des Gîtes de France avait bien fait la promotion du gîte, la location était bien réelle et c’est avec une certaine appréhension que nous avons attendu nos premiers clients… sous une pluie battante !

Et le miracle s’est produit. Un couple absolument charmant, habitué des gîtes, s’est empressé de nous rassurer. La dame avait tout prévu et, à notre grande surprise, a sorti du coffre de la voiture une serpillière qu’elle a installée dans l’entrée pour ne pas salir le carrelage. Nous avons longuement discuté et sympathisé tout en faisant visiter l’intérieur, à défaut de pouvoir mettre les pieds dans le jardin en raison du déluge qui continuait.

Avec ce premier contact, nous avons appris qu’il ne faut pas tomber dans le piège de décider par avance de ce dont le locataire a besoin. Bien souvent, c’est lui qui nous l’apprend et on s’aperçoit que c’est beaucoup plus simple que ce que l’on imaginait. Il faut être à l’écoute des réels besoins des clients, se montrer disponible sans en faire de trop et savoir profiter de ce qu’ils nous apportent.

On ne pouvait rêver meilleure expérience pour débuter et, à présent, c’est en amis que nous accueillons régulièrement ces premiers visiteurs à chacun de leurs séjours en Franche-Comté.

Adhérent Gîtes de France

Etre adhérents au réseau Gîtes de France était dès le départ une évidence.

Cela faisait partie de notre projet, pour ne pas dire que c’était LE projet ! Nous n’aurions jamais envisagé d’ouvrir un hébergement touristique dans un autre cadre.
Nous avons tout de suite pensé au label, dans nos esprits il s’agissait d’ouvrir un « Gîtes de France ».

Un peu de prospective

Nous sommes de fervents défenseurs de la diversité.

Et, bien sûr, nous souhaitons que perdure, parmi d’autres, une offre qui privilégie le retour aux choses simples, le refus du perfectionnisme, de la surenchère et de la compétition.

C’est aussi le sens de notre initiative solidaire avec les associations caritatives et nous rêvons (soyons réalistes : rien ne se fait sans une part de rêve !) d’être suivis par d’autres propriétaires dans une démarche similaire, afin que puisse prendre corps un projet de partenariat entre la Fédération Nationale des Gîtes de France et l’Unicef et/ou toute autre association.

Nous savons maintenant qu’il y a une réelle volonté de part et d’autre pour que cela se réalise.

Si vous souhaitez découvrir le gîte solidaire de Rémy et Christiane et y séjourner :
 "Gîte Solidaire d’Aillevans", gîte à Aillevans - Haute-Saône | Réf. 70G1020

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s