Patricia et Pascal, propriétaires de chambres d’hôtes dans les Hautes-Pyrénées
Patricia et Pascal, propriétaires de chambres d’hôtes dans les Hautes-Pyrénées

« Avec mon mari Pascal nous sommes originaires de l’Ile de la Réunion. »

Notre bio

Nous avons d’abord travaillés tous les deux dans la restauration durant trois ans, puis exercés dans le milieu médical et médico-social pendant une quinzaine d’années.

En 2006 Pascal perd son emploi et nous décidons de vendre notre maison sur l’île de La Réunion pour lancer notre propre activité, une brasserie, sur l’Ile Maurice.

Mais la législation mauricienne est très contraignante et après plusieurs tentatives infructueuses dans différents domaines et ce pendant plus de deux ans, nous décidons de déménager en France métropolitaine en juillet 2010. C’est ainsi que nous découvrons le magnifique département des Hautes-Pyrénées et que nous choisissons d’ouvrir une maison d’hôtes.

Notre région coup de cœur

Nous habitons dans la commune de Campan, située au début d’une vallée, sur la route du mythique col du Tourmalet et du Pic du midi.

A 25 kilomètres de Tarbes et 28 kilomètres de Lourdes, notre village est au centre des Hautes-Pyrénées, idéalement placé pour profiter de visites et d’activités sans être obligé de faire beaucoup de route.

Pourquoi les Hautes-Pyrénées ? Car nous avions au départ un projet d’investissement immobilier à Lourdes qui finalement ne s’est pas concrétisé. Et cette région nous a beaucoup plu. Ainsi l’idée de créer une activité dans le tourisme a germé dans nos esprits.

Nous avons découvert la vallée de Campan par hasard, lors de nos balades pour trouver une maison afin d’y accueillir des hôtes. Nous sommes tombés sous son charme : elle est encore un peu sauvage, d’une nature si belle et permet de réaliser de nombreux loisirs.

Il y a des grottes, des circuits de randonnées par dizaines, mais aussi le passage incontournable du Tour de France par le Col du Tourmalet, la rivière l’Adour pour les passionnés de pêche. Nos visiteurs peuvent bénéficier de nombreuses activités sportives telles que le cyclisme, le ski, le parapente, l’escalade, la spéléologie …

Nous disposons de sites magnifiques à visiter à proximité : le Pic du Midi, le gouffre d’Esparros, le cirque de Gavarnie, la brèche de Roland, le pont d’Espagne et bien d’autres.

Les grandes étapes de notre projet

Cela fait maintenant quatre ans que nous accueillons des vacanciers à Campan.

Il aura fallu huit mois de travaux pour rénover et aménager notre maison de village. Pour l’intérieur, le toit et les sols.

C’est Pascal qui s’est occupé des travaux. Après avoir précédemment rénové quatre maisons, mon mari, grand bricoleur, savait bien s’y prendre ! J’ai donc pu ouvrir notre maison d’hôtes en 2011.

Les moyens mis en place pour concrétiser notre projet

Nous avons acheté la maison avec nos propres fonds mais des travaux inattendus nous ont obligés à contracter un emprunt, notamment pour la réfection du toit.

Heureusement certains organismes, notamment la mairie et l’ANAH (l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat), nous ont aidés en prenant en charge une partie des frais.
Nous nous sommes renseignés sur différents forums trouvés sur internet, parlant de l’activité des chambres d’hôtes. Ils nous ont donnés quelques pistes pour bien démarrer notre projet.

Nous avons souvent fréquentés des maisons d’hôtes lors de nos déplacements. Cela nous aura permis d’en apprendre un peu plus sur le comportement des hébergeurs et sur les attitudes à adopter face à certaines situations.

Même aujourd’hui nous apprenons encore avec nos collègues, aussi propriétaires de chambres d’hôtes dans la vallée de Campan. Soit nous recevons, soit nous sommes reçus à table une fois par mois par certains d’entre eux et travaillons ensemble lorsque l’un de nous n’a plus de disponibilités.

Notre passion

Les chambres d’hôtes devaient être pour moi une activité à domicile.

Je n’avais plus envie de reprendre mon ancien métier. Quant à Pascal, il devait retrouver son travail dans l’aide médico-psychologique une fois les travaux de la maison terminés.

J’ai tout de suite eu plaisir à accueillir les hôtes en chambres et en table d’hôtes. Heureusement l’expérience vécue en restauration m’a été très utile. Cependant, à la fin d’une première saison épuisante, force est de constater que je ne pouvais continuer à travailler seule.

Comme j’avais besoin d’aide, Pascal a créé sa propre société par internet, ce qui lui permet de travailler à domicile et de me soutenir lorsque cela est nécessaire.
C’est lui qui s’occupe des réparations et de l’entretien des extérieurs, de faire les courses (car je ne conduis pas) et de la partie communication sur Internet.

Je pense que les personnes qui viennent des îles sont assez ouvertes et ont le contact facile. C’est un atout lorsque l’on fait de l’accueil touristique. Le plus intéressant dans cette activité, ce sont les échanges avec des personnes venant de toute la France mais aussi du monde entier.

Nous avons déjà reçu des touristes en provenance d’Amérique du Nord, du Sud, de toute l’Europe mais aussi d’Israël, de Corée, d’Australie et même de Syrie ! Grâce à notre maison d’hôtes on voyage aussi de notre côté. Parfois les rencontres sont si sympathiques que nous n’hésitons pas à faire une ballade avec nos vacanciers, ou même une sortie au restaurant.

Notre plaisir au quotidien

Lorsque vous avez plaisir à recevoir du monde chez vous, que vous aimez regarder vos hôtes se régaler à votre table et que vous n’avez plus envie d’avoir un patron sur le dos, alors il est évident que vous êtes fait pour ouvrir des chambres d’hôtes !

Par contre, il faut être disponible, ouvert aux autres, savoir donner, et ne pas penser que cette activité vous rendra riche comme Crésus. Etre aimable, accueillant et soucieux du bien être d’autrui sont des qualités nécessaires à l’exploitation de chambres d’hôtes.

Plus les personnes se sentent bien chez vous, plus elles sont agréables et respectueuses. Voir certains visiteurs partir après un séjour chez nous en ayant la larme à l’œil, c’est le plus beau des cadeaux !

En table d’hôtes nos vacanciers veulent goûter des plats régionaux. Mais souvent, lors de long séjour, ils n’hésitent pas à nous réclamer un repas créole, pour mon plus grand plaisir ! C’est l’occasion aussi pour ceux qui ont fait un voyage à La Réunion d’échanger sur les bons moments passés là-bas.

Une anecdote à vous raconter

Nous avons tellement d’anecdotes amusantes que nous gardons à l’esprit.

En voici une parmi tant d’autres !
Il y a peu, un petit garçon de quatre ans est venu avec ses parents passé une nuit aux Passiflores. Le petit garçon est arrivé chez nous en tenant un jouet dans ses mains, une imitation de caméra en carton.

La sangle de la caméra étant cassée, il la tenait à deux mains. Le soir, l’enfant en partant au restaurant avec sa famille, tenait toujours son jouet à deux mains. Le matin au petit déjeuner, le garçon avait toujours sa caméra.

Au moment du départ, tenant toujours sa caméra à deux mains, il demande à son père quand celui-ci la réparera. Le père répond qu’il s’en occupe dès qu’ils seront de retour à la maison.

Voyant la mine un peu déconfite du garçon, mon mari Pascal lui propose de réparer son jouet rapidement. Le petit garçon interroge d’abord du regard son père, réfléchi, puis fini par s’approcher de Pascal en tendant la caméra, le regarde droit dans les yeux et dit :  » D’accord et y’a aussi mon blouson qui est déchiré dans la voiture ».
Malin ce petit monstre !

Adhérent Gîtes de France

Pour labelliser mes chambres d’hôtes Les Passiflores, j’ai décidé de m’adresser à Gîtes de France.

Comme cet organisme a des critères spécifiques qu’il faut respecter, j’ai dû engager quelques frais pour obtenir les 3 épis de mon hébergement.

Ce label, connu et reconnu, semble rassurer les voyageurs et donne plus de poids à l’établissement labellisé. Pour le visiteur, la maison d’hôtes est qualifiée comme plus sûre et il y a moins de risques d’avoir de mauvaises surprises lors de son séjour.

Un peu de prospective

Pour être honnête, je crains que l’accueil en chambres d’hôtes perde cet esprit « hébergement chez l’habitant ».

A cause de certaines émissions de télévisions qui émettent de fausses informations, des nouvelles réglementations de gouvernements successifs… Cela modifiera l’accueil et l’hébergement qui caractérisent les chambres d’hôtes.

Se développeront des réglementations, des normes, des obligations faisant disparaître les particularités qui différencient les chambres d’hôtes des hôtels.
Les tables d’hôtes quant à elles, risquent de devoir respecter de nouvelles règles, semblables aux restaurants.

Je pense que c’est dommage car on perdra toute cette authenticité qui nous caractérise si bien.

Si vous souhaitez découvrir la maison d'hôtes de Patricia et Pascal et y séjourner : "Les Passiflores", chambres d'hôtes à Campan - Hautes-Pyrénées | Réf. 65G191921

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s