Nadine, propriétaire d’un gîte dans l’Ain
Nadine, propriétaire d’un gîte dans l’Ain

« Issue d’un milieu rural, fille d’agriculteur, mon souhait était de travailler dans une banque. »

Ma bio

Mes études terminées, j’ai donc intégré le secteur bancaire. Je ne l’ai jamais quitté puisque tout mon parcours professionnel s’est déroulé dans la même entreprise. Ma vie a d’ailleurs été guidée par mon métier puisque j’ai fondé ma famille avec Jacques, mon ancien collègue de travail.

Avec mon mari, la destination de nos vacances s’orientait toujours vers des pays européens où nous avions la possibilité de séjourner chez l’habitant. C’est donc en Autriche, après avoir passé quelques jours dans un « Bed & Breakfast », que nous avons eu l’envie d’ouvrir une chambre d’hôtes ou un gîte.

A notre tour nous souhaitions faire découvrir les richesses touristiques de notre région et partager avec des hôtes d’agréables moments de convivialité.

Ma région coup de cœur

Nous habitons à Saint-André-sur-Vieux-Jonc, un village rural qui a la particularité d’être à cheval sur les régions de la Dombes et de la Bresse.

En effet, une partie est trouée d’étangs, appartient aux limons de la Dombes d’origine glaciaire et l’autre partie s’apparente à la plaine de la Bresse. Une dizaine de kilomètres nous sépare de Bourg-en-Bresse qui abrite le magnifique monastère royal de Brou, monument préféré des français en 2014.

L’Ain offre quatre belles régions très contrastées sur le même territoire. Outre la Bresse et la Dombes, nos visiteurs pourront également découvrir le Bugey et le Pays de Gex où là aussi, l’Ain a été mis à l’honneur avec la cité médiévale de Pérouges (classée parmi les Plus Beaux Villages de France) et le jardin japonais « Paradiz’En » (jardin préféré des français en 2013). Enfin, n’oublions surtout pas les nombreux villages fleuris et la gastronomie de l’Ain.

Les grandes étapes de mon projet

En 1977, nous avons rénové la ferme de mes grands-parents, acquise par leurs aïeux en 1855, pour en faire notre résidence principale.

Etant tous les deux très attachés aux valeurs rurales, aimant les grands espaces, le calme et la nature, nous n’envisagions pas d’autres horizons pour installer notre famille. De plus, la conservation de mon patrimoine familial me tenait à cœur et c’était pour moi un rêve que de revenir à mes origines.

Mon souhait d’ouvrir une chambre d’hôtes ou un gîte était toujours bien présent mais compte-tenu de nos activités professionnelles respectives et d’un emploi du temps très chargé (étant par ailleurs le premier adjoint de ma commune depuis de nombreuses années), notre projet a été mis un peu de côté.

Enfin en 2010, nos filles ayant terminées leurs études et étant parties de la maison, nous avons décidé de créer un gîte dans notre propriété.
Pourquoi un gîte et pas une maison d’hôtes ? Tout simplement à cause de nos disponibilités. Nos vies professionnelles n’étaient pas terminées et il nous restait encore quelques années avant la retraite. A cette époque il nous était impossible d’accueillir convenablement une clientèle en chambre d’hôtes !

Les travaux de rénovation ont commencé, réalisés en grande partie par nos soins, et en août 2010, nous avons ouvert notre gîte labellisé 2 épis par Gîtes de France.

Les moyens mis en place pour concrétiser mon projet

Pour réaliser les travaux de rénovation, nous avons dû contracter un prêt auprès de notre banque.

Le Conseil Général de l’Ain nous a également octroyé une subvention.

Mais nous avons surtout été épaulés tout au long de notre projet par l’association des Gîtes de France de l’Ain. Sa directrice et toute son équipe nous ont soutenus, conseillés et nous ont permis d’accéder à de nombreuses formations. Nous ne pouvons que les en remercier.

Ma passion

Vous souvenez-vous du jardin de votre grand-mère, où, gamin, vous gambadiez entre lupins, pivoines, giroflées, capucines, qui semblaient cohabiter dans un désordre anarchique, mélangeant les couleurs, pour ne former qu’un gros bouquet champêtre ?

Peut-être est-ce cette vision chatoyante et le souvenir odorant de tous ces parfums mélangés, qui poussent toujours certains d’entre nous aujourd’hui, à rechercher cette bulle d’oxygène en Dame Nature.

Je fais partie de ces personnes qui s’émerveillent encore et toujours de l’éveil de celle-ci, qui aiment sentir, respirer l’odeur de l’humus dans les sous-bois humides, vagabonder au bord des étangs… Et revenir de mes balades, le panier rempli d’écorces d’arbre, de joncs, de mousse ou de fleurs.

Cette passion, j’ai baigné dedans toute petite. Je viens d’un milieu rural et j’ai toujours vu ma mère, avec de petits moyens, faire de jolies choses avec les fleurs et les légumes. Cette passion, c’est « ma soupape, mon yoga ». La première chose que je fais en rentrant chez moi, c’est d’aller dans mon jardin !

Au fil des années, après avoir suivi des cours d’art floral, j’ai avancé doucement et sereinement sur un parcours artistique qu’est la créativité d’abord et la technicité ensuite. L’alchimie des deux devant aboutir à la conception personnelle d’une composition florale. Forte de ces années fleuries, je me suis engagée sur le chemin moins poétique mais plus ambitieux des concours nationaux et internationaux. Les fleurs savent nous rendre ce qu’on leur offre et elles me permettent de recevoir depuis de nombreuses années de belles récompenses. En effet, j’ai souvent été primé par des médailles d’or, d’argent et de bronze lors de ces événements.

Mais la chose la plus importante c’est qu’elles m’apportent joie et émotion, et qu’elles m’ont ouvert la porte de l’amitié avec des collègues venant d’horizons différents.

Responsable du fleurissement de mon village, aidée par une équipe de passionnés, nous avons permis à notre commune d’obtenir sa première fleur. Une vie, une ville, et un gîte sans fleurs c’est bien triste !

Etant libérée depuis peu de mes obligations professionnelles (je suis maintenant à la retraite depuis deux ans), j’aimerai transmettre cette passion à mes hôtes, et créer un jardin où chacun pourrait s’y promener et oublier les tracas de la vie. Le projet est en cours, il reste à le concrétiser…

Mon plaisir au quotidien

Faire découvrir notre belle région, nouer des contacts avec nos hôtes français ou étrangers en leur offrant la possibilité de visiter de nombreux lieux touristiques.

Mais également leur permettre de déguster nos délicieux produits du terroir. Tels sont nos souhaits !
Enfin, nous aimons beaucoup échanger avec les vacanciers car c’est aussi pour nous une façon de voyager.

Une anecdote à vous raconter

Chacun de nos hôtes est différent mais nous avons été heureux d’ouvrir nos portes à une clientèle étrangère et particulièrement à celle venant d’Israël, assez lointaine !

Ce qui est certain, c’est que nous avons toujours plaisir à les accueillir, à les recevoir et à découvrir, à travers de leur récit, leur région ou leur pays.

Nous avons notamment passé de très bons moments avec une famille de belges. Ils nous invitaient chaque soir dans le gîte pour nous raconter leurs visites de l’Ain, mais aussi leur vie en Belgique. Nous discutions ensemble le soir jusqu’à très tard car ils étaient très bavards ! Ce fût une rencontre très sympathique dont nous nous souviendrons.

Adhérent Gîtes de France

Label de qualité et de confiance, être adhérents aux Gîtes de France nous semblait être primordial et important.

C’est un gage de sérieux, un label connu et reconnu pour nos hôtes et, pour nous adhérents, la possibilité d’avoir à tout moment un soutien, une aide efficace et une réponse à nos questions.

Enfin, nous apprécions le fait de pouvoir bénéficier de leur service de réservation. Celui-ci peut gérer les réservations des clients à notre place et c’est une aide non négligeable. Nous déléguons avec une entière confiance tout ce qui est paiement, gestion du contrat de location …

Un peu de prospective

Aujourd’hui, Internet nous permet de trouver une richesse d’informations infinies dans laquelle nous pouvons obtenir en instantané tout ce que nous recherchons. Cependant, en parallèle, nous avons encore la possibilité de trouver par d’autres biais les informations souhaitées.

Mais dans vingt ans, ces autres canaux existeront-ils toujours ? Il est important que chaque propriétaire de gîte ou chambre d’hôtes en prenne conscience. Nous devons nous adapter face à ces nouvelles technologies et nous ouvrir à des méthodes de commercialisation plus modernes.

Beaucoup de touristes recherchent désormais l’attrait des campagnes, les espaces calmes et sereins. Avec une vie souvent trépidante, la campagne sera toujours un refuge. C’est pourquoi pour répondre à l’attente de cette clientèle, nous devons poursuivre et continuer à améliorer toutes les valeurs qui ont fait et qui sont chères au label Gites de France : l’accueil personnalisé, la convivialité et l’authenticité.

Continuer à leur apporter le confort recherché, transporter nos hôtes vers toutes les activités qui permettent d’enrichir un séjour. Enfin, ne pas avoir peur de faire preuve d’ingéniosité et pourquoi pas rêver de porter notre département à la première place nationale au niveau touristique : il porte déjà le numéro un !

Si vous souhaitez découvrir le gîte de Nadine et y séjourner : "Domaine Chaley", gîte à Saint-André-sur-Vieux-Jonc - Ain | Réf. 336010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s