Geneviève est propriétaire d’un gîte dans l’Essonne
Geneviève est propriétaire d’un gîte dans l’Essonne

« J’ai toujours vécu à Paris et je ne pensais pas pouvoir vivre ailleurs un jour. »

Ma bio

J’aimais la vie quotidienne à Paris : prendre le bus et le métro, marcher dans les rues, le pont Neuf, les quais de la Seine, les cafés, les commerçants en bas de chez soi, la Rive Gauche notre quartier. Aller acheter les journaux à la gare Montparnasse très tard le soir…
J’avais mon activité professionnelle dans la presse, la librairie, l’édition, avec des photographes, des graphistes, des stylistes…
J’ai aussi eu une grande période où je voyageais beaucoup, surtout en Asie du Sud-Est et en Extrême-Orient.
Et puis, il y a eu un déclic il y a sept ans, lorsque j’ai choisi de quitter le magazine dans lequel je travaillais pour pouvoir « faire autre chose », me reconvertir dans une autre voie.
Surtout qu’à cette époque, nous reprenons avec mes frères et sœurs notre maison familiale de vacances située dans le département de l’Essonne. C’est alors que l’idée me vient de la transformer en gîte, ce qui me prendra environ deux ans, montage du projet compris.

Ma région coup de cœur

Je vis aujourd’hui à Chalou-Moulineux dans le sud de l’Essonne, à la limite de la région Centre, tout près de Chartres, Dourdan, Milly-la-Forêt, Méréville, Etampes…

On appelle aussi cette région les Portes de Beauce. Notre village, qui abrite la source de la Chalouette et des étangs, marque le début d’une magnifique vallée et de lieux chargés d’histoire.
Chalou-Moulineux, autrefois appelé Calo la Reyne – Adèle de Champagne – conserve encore les bâtiments de la commanderie des Templiers exerçant leur autorité alentour. Notre commune a gardé son caractère authentique de village rural.

Je suis venue m’installer ici, dans la maison où nous venions passer nos grandes vacances d’été étant petits. C’est un logement que mes parents avaient acquis dans les années soixante afin d’y passer des séjours à la campagne. Pour nous c’était le bout du monde… Il y avait des chevaux, des vaches et un troupeau de moutons. Des meules de foins dans les champs. Le bruit des tracteurs et des moissonneuses-batteuses, la sensation des grosses chaleurs, des siestes. Les odeurs fortes de la ferme où nous allions chercher le lait…Ce ne sont que de bons souvenirs !

Les grandes étapes de mon projet

J’ai eu l’idée de créer un gîte pour faire vivre cette maison familiale, ancienne et indépendante, inoccupée depuis une dizaine d’années.

Et pour cela il a fallu rénover entièrement ce bâtiment. Les travaux ont duré un an environ. Ils ont commencé en juin 2011 et nous avons inauguré le gîte en août 2012.

Nous avons choisi, avec les conseils de notre voisine qui est architecte, des artisans locaux qui travaillent de manière traditionnelle. Ils ont pris soin de rénover la maison avec des matériaux naturels afin de conserver l’esprit authentique de l’habitation. Nous sommes fiers du résultat, c’est vraiment magnifique !

Les moyens mis en place pour concrétiser mon projet

J’ai été formidablement aidée par notre voisine architecte, le CAUE (Conseil d’Architecture et d’Urbanisme de l’Essonne) et par la directrice des Gîtes de France de l’Essonne.

J’ai eu besoin de demander des subventions pour réaliser des travaux de rénovation et j’ai obtenu des aides financières de la région Île-de-France et du département de l’Essonne.
Puis j’ai contracté des emprunts à plus ou moins longs termes sans demander conseil à personne ! C’était une erreur. J’espère en sortir bientôt pour retrouver un équilibre financier plus confortable.

Enfin j’ai suivi une formation sur la fiscalité, proposée par les Gîtes de France Essonne. Ce qui m’a fortement incitée à confier la gestion financière de notre gîte au Centre d’Economie Régionale de Chartres.
La gestion et l’économie, ce n’est définitivement pas ma tasse de thé !

Ma passion

Lorsque je suis arrivée à Chalou-Moulineux, je me suis tout de suite attaquée à notre terrain extérieur pour le transformer peu à peu en jardin anglais, foisonnant et faussement naturel, ce qui demande un entretien fou !

Puis j’ai pris en charge la bibliothèque municipale endormie et obsolète. Aujourd’hui, c’est une médiathèque bien vivante dont je viens de transmettre les rênes, ayant été élue maire de la commune en mars 2014. Toute l’équipe municipale est novice comme moi. Je n’ai donc pas un instant pour m’ennuyer. Mon seul regret est que je n’ai presque plus le temps de lire !

Je suis très fière d’avoir mené à bout ce projet d’hébergement labellisé Gîtes de France. Je ne pensais pas que cela fonctionnerait si bien et aussi si vite ! C’est parfois la course entre un départ et une arrivée car il y a des changements d’occupants chaque semaine (notamment au mois d’août !). J’aime que tout soit fin prêt et accueillant. J’aime aussi cette sensation de surprise lorsque je découvre mes hôtes, tous si différents à chaque fois.

Mon plaisir au quotidien

J’ai ouvert mon gîte car je souhaitais faire vivre une maison et un lieu, en accueillant des gens qui viennent de tous les horizons.

Faire connaître l’histoire de ma maison, de notre famille, du village… Leur parler de la région et leur faire découvrir des endroits que l’on aime et qui ne sont pas dans les guides.
J’aime aussi parler avec les vacanciers, de leur pays et de leur vie. Ce sont parfois des échanges qui deviennent très amicaux.

Une anecdote à vous raconter

Nous avons le souvenir d’un couple d’anglais absolument merveilleux.

Ils sont venus en train avec seulement des sacs à dos. Malheureusement ils se sont fait voler tous leurs papiers en arrivant à la Gare du Nord à Paris. Arrivés dans le gîte en état de choc, nous avons passé ensemble toute la matinée du lendemain à la gendarmerie. Après cette mésaventure ils voulaient rentrer tout de suite chez eux. Ils sont finalement restés.
Ils marchaient entre 18 et 20 kilomètres chaque jour, c’était de vrais randonneurs.
« Very charming » ! Je ne les oublierai pas.

Adhérent Gîtes de France

Pour moi faire partie du réseau des Gîtes de France c’est sécurisant.

C’est un gage de confiance. On sait à qui on s’adresse, aussi bien pour les propriétaires que pour les clients qui recherchent un hébergement. Bien sûr, chacun peut rencontrer de mauvaises surprises. Heureusement cela ne m’est arrivé qu’une seule fois jusqu’à présent, c’était au tout début !

Un peu de prospective

Je pense qu’il faut continuer à développer les écogites.

Les vacanciers veulent être proches de la nature et des animaux.
Il faudrait développer des hébergements proposant des activités culturelles, un peu comme le label « Bistrots de Pays » (dîner-concert, spectacles…). Et aussi développer un peu plus les gîtes d’étape pour les randonneurs à cheval.

Si vous souhaitez découvrir le gîte de Geneviève et y séjourner : "Chez Adèle", gîte à Chalou-Moulineux - Essonne | Réf. G910099

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s