Charlotte (à gauche) et sa maman, Elisabeth
Charlotte (à gauche) et sa maman, Elisabeth

« C’est après plusieurs années de vie à l’étranger que nous avons décidé avec mon mari de rentrer en France en 2012. »

Ma bio

Il nous semblait essentiel de retrouver nos proches et de construire un projet qui nous ressemble, dans lequel nous pourrions concilier notre vie familiale, notre travail, un cadre de vie agréable et des rencontres.
Nous avons vécu pendant plusieurs années à Madagascar suite à une mutation professionnelle de mon mari. Là-bas j’ai travaillé pour une ONG qui s’occupait de la conservation d’espèces menacées, ma mission était de gérer la logistique et l’accueil des étrangers.
Dans ce pays, j’ai souvent côtoyé par le biais de mon travail des porteurs de projet touristique qui voulaient s’installer sur l’île Sainte Marie, ou venaient d’acheter un terrain sur le canal des Pangalanes (se trouvant sur la côte Est de Madagascar).
J’avais aussi très envie de mon coté d’accueillir des visiteurs dans notre maison en bois au bord du Canal des Pangalanes et d’y créer un gîte ou des chambres d’hôtes…

En France, dans ma maison de famille du Haut-Berry, nous avons toujours reçu beaucoup de visiteurs : ma mère gère des chambres d’hôtes depuis 25 ans et c’est à la fois un travail et une passion pour elle.
Alors pourquoi ne pas reprendre ce beau projet, fruit du travail de mes parents, dans une ferme où vit ma famille depuis quatre générations ?

Ma mère désirait arrêter son activité d’hébergement touristique, elle avait d’autres projets et d’autres envies. Et nous, nous souhaitions un jardin pour y voir gambader nos enfants, de la vieille pierre pour la restaurer et des prés pour planter des arbres et avoir des animaux.

Ma région coup de cœur

Nous habitons dans le Berry, dans le département du Cher, à quinze kilomètres de Sancerre et trente kilomètres de Bourges, au lieu-dit La Reculée.

Ce nom est révélateur des lieux. La Reculée est un endroit paisible, éloigné du bruit, où il fait bon vivre tout simplement.
La Reculée c’est la ferme de mon enfance, celle que mon arrière grand-père a construit de ses mains et qui a accueilli dans ses bergeries un élevage de moutons berrichons du Cher.
La Reculée, c’est aussi la ferme qu’ont repris mes grands-parents. Ma grand-mère y faisait son beurre, son fromage, y servait tous les jours à sa table les paysans et les ouvriers agricoles qui venaient travailler en nombre. Elle soignait les agneaux, élevait ses poussins et nourrissait les cochons. Mon grand-père, lui, a commencé à diversifier la production agricole vers la culture des céréales.

C’est de cette ferme que mon père a hérité et c’est à ce moment là que ma mère a entrepris de développer un projet d’accueil touristique en milieu rural. En 1990 c’était très innovant, personne ne croyait que des visiteurs allaient venir dans le Berry et encore moins à La Reculée. Mais sa force de conviction et son dynamisme ont permis de réaliser son projet.

Grâce à l’attractivité de Sancerre, du Pays Fort et de Bourges, les amateurs de vin et de patrimoine se régalent et reviennent chaque année : « mes habitués » comme ma mère aime les appeler.
Le village de La Borne et son centre de céramique contemporain est un site incontournable pour les vacanciers qui viennent chez nous. Il y a aussi la Loire qui draine de plus en plus de cyclistes et de marcheurs. C’est un véritable sanctuaire pour les amoureux de nature, de canoë, de découvertes au fil du long et majestueux fleuve.
Lorsque je suis revenue dans ma région, j’y ai rencontré de nombreux couples avec de jeunes enfants qui comme nous étaient désireux de construire leur vie à la campagne.
J’ai redécouvert la terre de mon enfance. J’avais voyagé et grandi. J’ai aimé partir mais je suis tellement heureuse d’être revenue !

Les grandes étapes de mon projet

A notre retour en France en 2012, ma mère m’a fait part de son désir d’arrêter son activité d’accueil touristique.

Mais qu’allait devenir notre ferme familiale et ses chambres d’hôtes ?
C’est après beaucoup d’échanges avec mon mari et ma famille que nous avons pris la décision de venir nous installer dans le Berry. Pour y prendre nos marques tout d’abord et construire pas à pas la reprise de cette activité. Je muris ce projet depuis novembre 2012.
En juillet 2015 je reprends donc les cinq chambres d’hôtes de ma mère et la table d’hôtes que j’ai un peu modifié pour pouvoir adapter au mieux mon travail à ma vie de famille.

Les moyens mis en place pour concrétiser mon projet

Par chance j’ai la possibilité de reprendre une activité qui fonctionne déjà et que ma mère me transmet.

Nous n’avons donc pas eu besoin de réaliser de travaux conséquents. Ce ne sera qu’après plusieurs mois d’activité, en hiver 2015, que j’entreprendrai un « relooking » des chambres afin qu’elles correspondent mieux à mes envies de décoration et à l’ambiance que je souhaite créer.

Une fois rentrée en France, j’ai repris des études dans le cadre d’un master 2 en « Développement Touristique Durable ». Mon mémoire et mon stage de fin d’études m’ont aidé à analyser et comprendre le territoire d’une façon globale. Puis mon travail au sein d’un office de tourisme du secteur m’a permis de connaître un peu plus les acteurs professionnels et institutionnels sur lesquels je pourrai compter dans le lancement de mon activité.
J’ai suivi plusieurs formations proposé par le Comité Régional du Tourisme (sur la thématique des hébergements touristiques, des labels environnementaux, sur la gestion des réseaux sociaux, la création de site internet etc…) et via les Gites de France du Cher (sur le permis d’exploiter et l’hygiène en table d’hôtes).
Enfin, ayant le statut de demandeur d’emploi et étant en congé maternité, j’ai sollicité Pôle Emploi afin de bénéficier de six séances d’entretien avec un conseiller pour valider mon dossier de reprise d’activité.
Ces différentes formations m’ont bien aidé, sans oublier les conseils permanents de ma mère en cuisine et en gestion.

Ma passion

Depuis toute petite j’ai été bercée par l’accueil de ma grande famille pour des cousinades estivales, lors des nombreuses fêtes organisées pour des mariages, baptêmes, départs en voyage…et tout cela à La Reculée.

En parallèle, l’activité de chambres et de table d’hôtes était pour moi le moyen de m’exercer à la cuisine, au service, à l’accueil et aux conseils sur les sites alentours. De nombreux hôtes, des habitués réguliers du lieu m’ont vue petite et sont heureux de voir le projet se poursuivre.

Chaque été où je rentrais dans le Berry, je revoyais les mêmes habitués qui suivaient mes pérégrinations. J’aimais parler avec eux et les retrouver au fur et à mesure que ma vie se transformait. Désormais je vais pouvoir les accueillir chez nous, à La Reculée et continuer d’échanger avec eux et leurs enfants.

Nous avions envie de construire notre maison et de poser nos valises. Alors, cette possibilité de reprendre les chambres d’hôtes de ma mère a coïncidé avec nos envies de jeunes parents.
Depuis que nous sommes dans le Berry je m’investis dans plusieurs associations locales et je suis touchée par la simplicité et le dynamisme dont font preuve les gens d’ici.

Mon plaisir au quotidien

Les chambres d’hôtes nous permettent de recevoir chez nous des hôtes qui sont des invités, de façon amicale et chaleureuse.

Nous aimons partager nos projets, promouvoir les charmes du Berry et faire vivre cet endroit. Des projets, nous en avons plein la tête et souhaitons à travers la venue de nos hôtes, les faire grandir.

Notre maison à La Reculée et ses chambres d’hôtes nous donnent l’occasion de réaliser nos envies : la construction d’un poulailler par mon mari et la réalisation d’un petit élevage de poules noires du Berry; la création d’une serre pour notre potager à venir; l’aménagement d’une salle dédiée aux massages relaxants ; la plantation d’arbres fruitiers (des pommiers pour la confection de jus, des pâtes de fruits et des gâteaux bien entendu ; ainsi que des pruniers, des pêchers…) ; la réalisation de notre maison dans un ancien grenier à grains et beaucoup d’autres idées à venir…

Une anecdote à vous raconter

N’ayant pas encore pris le relais pour gérer les chambres d’hôtes de La Reculée je passe donc la plume à ma mère afin qu’elle vous compte une de ses plus belles rencontres…

A l’automne 1993 un jeune couple de parisiens et deux chats séjournent quelques jours chez nous. Une relation amicale s’établit immédiatement et s’ensuivent de nombreux weekends. La Reculée est devenue une sorte de résidence secondaire pour eux et notre amitié grandit.
Un soir lors de l’apéritif, Dana, la jeune femme, nous annonce qu’elle est enceinte et que leur bébé a été conçu… à La Reculée!
Dana passe son congé prénatal chez nous lors d’un printemps jaune et vert de la campagne berrichonne. Juste avant l’été naît le petit Victor. Celui-ci perce sa première dent, fait ses premiers pas à La Reculée, et Charlotte devient sa marraine.
Mais les parents de Victor se séparent.
Dana et Victor franchissent le « mur » de la maison, c’est-à-dire qu’ils quittent la maison d’hôtes pour entrer dans notre maison familiale. C’est une aventure qui est arrivée à plusieurs de nos hôtes lorsqu’ils deviennent des intimes de la famille : d’hôtes, ils deviennent des amis.

Les années passent. Dana et son fiston viennent souvent pour les vacances scolaires. Victor est très fier d’aider lors du service à la table d’hôtes et malicieusement il me demande de raconter aux autres vacanciers son histoire avec La Reculée.

Fabrice, un artiste de la région parisienne qui venait souvent à l’occasion du Printemps de Bourges, est un hôte devenu aussi un ami.
Lors d’un automne, j’organise un weekend spécial où je confectionne des confitures de mûres. Je suggère à Fabrice de passer prendre Dana et Victor. Et ce qui devait arriver arriva : j’avais endossé le costume d’entremetteuse…. Une année plus tard je fus témoin du mariage de Dana et Fabrice.

Depuis, ils ont acheté une maison près de La Reculée où ils viennent très souvent. Victor est maintenant un charmant jeune homme qui fait des études de médecine.
Je rêve du jour où il viendra à La Reculée accompagné de son amoureuse et qu’il demandera à Charlotte (sa marraine) de lui raconter son histoire avec La Reculée…

Adhérent Gîtes de France

Pour ma part, je trouve qu’il est essentiel de posséder le label Gites de France car celui-ci est le garant des valeurs fondamentales des chambres d’hôtes.

Mes parents ont réhabilité un corps de ferme dans le but de recevoir chez eux des hôtes qui viendraient découvrir la région mais qui seraient aussi désireux de connaitre la vie agricole dans le Berry. Mon père était agriculteur et ma mère sait très bien communiquer sur le travail des paysans d’aujourd’hui. La table d’hôtes est le lieu idéal pour supprimer les préjugés des esprits et partager l’amour de son métier et de sa région.
Pour moi c’est cet état d’esprit que promeut le label Gites de France : un accueil de qualité réalisé par des amoureux de leur territoire.
En tant que propriétaires de chambres d’hôtes en Berry, nous sommes des ambassadeurs positifs et enthousiastes de notre région.
Le label est aussi un gage de confiance face au nombre croissant de locations de vacances présentes sur internet. Il a aussi un rôle de défense des chambres et tables d’hôtes face aux hôteliers et aux institutions.

Un peu de prospective

Dans le cas précis de notre projet, nous pensons l’orienter vers un tourisme responsable, respectueux de l’environnement et pour la valorisation des produits locaux.

Dans l’idéal nous aimerions utiliser notre ferme pour promouvoir l’énergie solaire et éolienne, l’élevage, et la production de produits locaux.
Peut-être que les anciennes voies ferrées seront enfin réaménagées pour les randonnées PVC (à pieds, à cheval et en vélo). Un lien pourrait donc se faire entre Bourges, Sancerre et la Loire. Nous sommes situés sur cet axe et nous pourrions vraiment profiter de l’aménagement touristique de cette voie pour proposer des hébergements au plus proche de la nature.
Nous pensons qu’en France, de plus en plus de citadins auront besoin de vert, de campagne, de rencontres humaines simples et vraies. Les villes avec leur rythme infernal risquent d’être de plus en plus oppressantes et étouffantes. La campagne sera toujours un refuge pour ces personnes en manque de nature et de plaisirs simples.
J’imagine aussi une intensification des modes de transport alternatif comme le covoiturage et par ce biais, un rapprochement des grands centres urbains d’avec les campagnes.
De nouveaux publics seront à conquérir : les chinois, les indiens…de nouveaux profils de clientèle, de nouvelles attentes à découvrir et à séduire.

Si vous souhaitez découvrir la maison d'hôtes de Charlotte et y séjourner : "Domaine de la Reculée", chambres d'hôtes à Montigny - Cher | Réf. CB15101

(6 commentaires)

  1. Ce n’est pas sans émotion que je lis votre votre parcours et votre projet de continuer à faire vivre avec passion le Domaine de la reculée…vos ascendants en seraient fièrs. D’origine berrichonne je reviens régulièrement dans la région malgré l’éloignement depuis de nombreuses années. J’ai connu la famille Gressin de votre arrière grand père à votre père avec qui j’ai partagé des études à l’IUT de Bourges et quelques tranches de vie.
    J’espère trouver le temps de venir déguster un repas à votre table d’hotes.
    En tout cas je vous souhaite succès et bonheur dans cette nouvelle aventure
    Jacques Lasseur

    Aimé par 1 personne

  2. woaouw super ! Génial! Félicitation!
    Excuse-moi, ça fait un bail,c’est ma faute.
    Je vois que tout va à merveille. Je vous souhaite beaucoup de succès! Qui sait? Peut-être qu’un jour viendra où je ferai un saut à La Réculée pour faire une évaluation de cours de chansons malagasy! hi!hi!hi! ( rire)
    Gros bisou de Tamatave! à la prochaine! VELOMA MAZOTOA MIASA MAFY BE
    Sovina, Sedera, Miora

    Aimé par 1 personne

  3. Quelle belle histoire de retour aux sources, de transmission, de nature, de chaleur et d’humanité. Je vous reconnais bien là toi et ta mère, pleine d’humanité, de chaleur et de convivialité. Ce petit coin de paradis me fait toujours rêver. Je me souviens des bons moments passés avec toi, ta maman, et les copines !! J’espère qu’on remettra ça bientôt!
    Bravo Charlotte !!
    Des bisous de ma campagne des flandres !!
    Hélène you

    Aimé par 1 personne

  4. Félicitations! super projet je suis sur que ce projet ira loin, et sera un flambeau pour le développement touristique! j’espère que nous séjournerions un jour au Domaine de la Reculée quand nous passerons nos vacances en France, en souvenir de Tamatave et du dinêr qu’on a pris chez vous à Analakinina. Je te souhaite une belle réussite! passe mes coucous à Sebastien et aux enfants, biz
    Ninah.

    Aimé par 1 personne

  5. Super, quel beau projet ! Un grand défi, un beau flambeau… et qu’il brille longtemps ! Mes félicitations à vous 2. Je vais essayer d’y venir un de ces 4, c’est vrai que ça donne vraiment envie !!!
    Une belle réussite à vous ! Plein de bises à vous 4…
    Marie Rospars

    Aimé par 1 personne

  6. Wouaw!!! ça donne trop envie de venir vous voir à La Reculée!!!
    L’article est très bien fait, on vous retrouve avec toute votre fraicheur et votre enthousiasme! ça fait très plaisir !
    Des milliers de biz depuis Mada, à vous 4 et à Babeth!
    A BIENTÔT !!!
    Evelyne § Patrick de Tamatave

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s