Anne-Marie, propriétaire d’un gîte dans le Tarn
Anne-Marie, propriétaire d’un gîte dans le Tarn

« Cadre en région parisienne, je me suis installée pour ma retraite dans le département du Tarn où j’ai vécu toute mon enfance. »

Ma bio

Mes trois maisons au cœur de notre village tarnais étaient de trop pour moi et mes enfants.
La plus petite, une annexe d’une vieille ferme, n’attendait qu’une profonde remise en état pour revivre. Ainsi l’idée d’y créer un gîte a émergé dans mon esprit. De cette manière, je pourrais accueillir toute l’année des vacanciers et partager avec eux les « trésors » de notre pays : Architecture, culture, gastronomie… Tout ces savoir-faire et savoir-vivre ancestraux, authentiques, c’est mon bonheur !

Ma région coup de cœur

Je vis dans un très ancien et petit village du Tarn, nommé Dénat, ouvert à la modernité.

Il est à la jonction de la traditionnelle pierre de lauze du Massif-Central, de la douceur des villes roses avec Toulouse et Albi, et des splendeurs de la Méditerranée.

On y parle encore parfois la langue occitane. Ici, l’air respiré est pur, la vie y est sereine. Je connais tout ceci depuis plus de soixante ans lorsque le métier de mon père a amené ma famille dans le Tarn. Les gens prennent le temps d’échanger, de discuter, même si cela peut être énervant quand on attend en faisant la queue aux magasins. Mais on vit !

Les grandes étapes de mon projet

J’ai eu l’opportunité d’acheter cette maison en 1992, côte-à-côte avec la mienne.

A l’origine c’était pour ne pas avoir de voisins gênants.
Puis arrivée en retraite j’ai trouvé cela dommage de la laisser en l’état.
Ayant travaillé lors de ma jeunesse dans une Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) à Albi où j’exerçais la fonction d’assistante de direction, j’ai côtoyé à cette époque beaucoup d’agriculteurs. Je connaissais bien les enjeux du tourisme rural. Ainsi pour mon gîte, j’ai pensé tout naturellement à contacter les Gîtes de France du Tarn. Ils m’ont aidée à créer mon projet de gîte.

Après de nombreux plans et deux ans de travaux (quand je vous dis qu’ici on prend le temps de vivre !), le gîte fût prêt en 2000. Et depuis, cette activité d’accueil est toujours aussi agréable et surprenante.

Les moyens mis en place pour concrétiser mon projet

Chez mes parents, l’accueil était quelque chose de sacré. J’en ai gardé, je pense, une ouverture aux autres instinctive.

Pour la décoration du gîte, c’est autre histoire. Le relais des Gîtes de France du Tarn nous a d’ailleurs organisé une formation très intéressante sur ce sujet qui m’a beaucoup appris. De même, nous avons bénéficié d’une formation pour mieux nous occuper de la gestion financière de notre hébergement.

Ils ont été très présents et efficaces. Je me souviens juste combien certaines suggestions en décoration ont étonné et même scandalisé des participants lors de la formation. Utiliser des planches même pas rabotées pour une tête de lit, quelle horreur !

Ma passion

Il y a trop à dire. Trop de passions, de collections, d’associations…

Chez moi, le fil conducteur est toujours le même : Aider les autres, partager mes coups de cœur, mes découvertes… J’aime apporter de la beauté autour de moi avec mes décorations florales éphémères dont je partage volontiers les secrets.

J’expérimente des recettes de boissons locales ou exotiques. Les rater ou les réussir, mais toujours partager ! Je monte aussi des expositions de cartes postales dans la bibliothèque de notre village.
Partager, c’est le maître mot de mon bonheur de vivre.

Mon plaisir au quotidien

Notre pays tarnais est tellement extraordinaire par sa diversité, son authenticité, sa vérité, qu’il faut le faire connaître au plus grand nombre !

Les nuits étoilées sont tellement vives, les étoiles sont si brillantes qu’en ville on ne peut pas les deviner de cette manière. Les vacanciers sont toujours différents dans leurs attentes, c’est à chaque fois une découverte pour moi. C’est comme si je recevais de la famille lointaine. Parfois les hôtes ne me demandent rien, parfois ils toquent plusieurs fois par jour à la porte.
J’aime cette diversité !

Une anecdote à vous raconter

J’ai accueilli beaucoup de personnes en quatorze ans d’activité !

J’ai reçu de nombreux signes d’amitié, de bons conseils… Mais la rencontre la plus émouvante je pense est celle avec une petite fille de dix ans, en vacances avec ses parents et son grand frère. Ils venaient de passer trois semaines à sillonner notre département pour profiter de loisirs aquatiques durant un mois d’août 2010. Au moment du départ, elle me prend la main et me dit : « Dis, est-ce que je pourrai revenir chez moi, ici, bientôt ? ». Les larmes me sont alors montées aux yeux tellement cette phrase m’a touchée.

Adhérent Gîtes de France

Mon regard sur le label Gîtes de France est un peu « maternel ».

Mon expérience professionnelle dans une Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) dans les années soixante m’a beaucoup appris. C’était la période où le monde rural était en pleine mutation et en pleine interrogation sur son avenir. Dans l’Aveyron, le Lot et le Tarn, nous tentions de trouver localement des solutions pour que les agriculteurs puissent percevoir un complément de revenus de leurs terres et de leur patrimoine bâti.

Le concept des Gîtes de France nous a semblé être une bonne solution pour y parvenir, tout en faisant connaître le monde agricole à des populations urbaines. Depuis soixante ans je suis donc de près, avec sympathie, la montée en puissance et en qualité de ce label, ses facultés d’adaptation face à notre société qui bouge. Je prends en exemple la diversité des adhérents du label qui viennent aujourd’hui de tous les horizons. Notamment avec l’ouverture du label aux logements citadins, qu’on appelle « citybreak »…

Un peu de prospective

J’imagine que le tourisme chez l’habitant en 2035 sera encore plus répandu qu’aujourd’hui.

De nouvelles technologies, utilisées pour mieux échanger entre les hommes verront le jour, des machines diverses garniront nos maisons, mais avec la possibilité de bénéficier de zones sans aucune nuisance électrique ou électromagnétique.
Ces nouveaux logements seront éco-responsables : économisant l’eau, l’énergie et recyclant tout. Il y aura un coin potager derrière les fleurs avec un composteur.
Chaque propriétaire d’hébergement devra être prêt à apporter un service de plus en plus personnalisé en fonction des demandes de chacun. Que ce soit de garnir le frigo avec des produits de la région, de faire le ménage des gîtes à mi-occupation, de gérer le linge en cours de location, de trouver une baby ou dog-sitter. Mais aussi d’aller chercher les hôtes à la gare ou à l’aéroport, les ramener, leur louer des vélos, leur proposer des occupations multiples, que sais-je encore…
La génération zapping aura grandi. Elle sera « consommateur » de vacances, mais il faudra leur proposer un programme tout le temps. Inventer des jeux de piste dans les environs de la maison, des cours de plantes comestibles, leur flécher la forêt vers les coins champignons, proposer des moments d’apprentissage. Par exemple des cours de brocante et d’antiquités, ou comment retaper un vieux meuble… Bref, pleins d’idées sont possibles !
Les comportements des clients gagneront en exigence, ils sauront exactement « à quoi ils ont droit », sinon gare à l’avis laissé après le séjour. Ils seront de plus en plus attentifs aux avis laissés et aux réactions de leurs réseaux.
Il me semble, après avoir observé mes enfants et petits-enfants, que les vacanciers rechercheront de plus en plus le contact avec « les vrais gens », en prise avec la vie quotidienne, avec de la souplesse sur tous les plans. Les hôtes des gîtes vont apprécier de plus en plus d’être considérés comme uniques, que le logement soit préparé spécifiquement pour eux, après qu’on leur ait demandé leurs centres d’intérêt et ce qu’ils recherchent en venant chez l’habitant. Ils apprécieront les moments hors des hordes estivales, les petits coins secrets qu’on saura leur indiquer, les petits patrimoines à découvrir hors des sentiers battus.
Ils voudront en même temps la liberté totale et être chouchoutés, gâtés, accueillis et conseillés.

Si vous souhaitez découvrir le gîte rural de Anne-Marie et y séjourner : "La Maison de Mani", gîte à Dénat - Tarn | Réf. G640

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s